Historique

Un département précurseur au cœur de l’action

Pour le dépistage du cancer du sein, la Seine-Saint-Denis n’a pas attendu la généralisation du dispositif du Plan cancer en 2002, pour se lancer dans cette action de santé publique.

Dès 1999, l’Ardepass (Association de recherche et de dépistage des cancers du sein en Seine-Saint-Denis) avait mis en œuvre le dépistage organisé du cancer du sein dans un cadre associatif regroupant plusieurs partenaires.

En 2002, la Seine-Saint-Denis a été retenue comme site expérimental par le ministère de l’emploi et de la solidarité pour organiser un dépistage du cancer colorectal. En 2004, 23 départements ont été complété ce cadre expérimental puis en 2009 la généralisation a été décidé pour l’ensemble du territoire français

Un contexte favorable à la mobilisation

Depuis plus de 15 ans, en connaissance des données épidémiologiques spécifiques des cancers pour le département, la Seine-Saint-Denis a fait de la lutte contre le cancer un objectif prioritaire, en insistant tout particulièrement sur les aspects prévention et dépistage. Si la prise en charge médicale et thérapeutique relève de l’action pluridisciplinaire des professionnels de santé, si les soins de suite relèvent d’une action coordonnée de ces professionnels et des institutions, le volet prévention et dépistage relève d’une action organisée des professionnels, des institutions, et des associations.

Des partenaires qui s’engagent

Unissant leurs forces pour lutter ensemble contre cette maladie, le souhait de chacun des acteurs est de construire un partenariat équilibré au niveau local, qui respecte les participations et les engagements de chacun : institutions, professionnels et associations.Ils ont travaillé en Comité de pilotage, intégrant les représentants de l'État, du Conseil général, de l'Assurance maladie, les professionnels de santé dont le Conseil départemental de l'ordre des médecins et les syndicats professionnels du département (Union 93 qui représente les généralistes et spécialistes, MG 93 et l’association des médecins des centres de santé de Seine-Saint-Denis, Intercentres 93). Les associations de dépistage des cancers comme l'Ardepass et les associations d’usagers se sont jointes au Comité de pilotage.

Le travail du Comité de pilotage a abouti à la rédaction des statuts du groupement d’intérêt public  « Comité départemental des cancers », structure juridique représentative, pérenne et évolutive, conformément aux préconisations de la Direction générale de la Santé du 11 janvier 2002 et à la circulaire CNAMTS 82/2002.

En 2006, la création du GIP a été l’un des premiers partenariats de ce type en France dans le domaine du dépistage des cancers. Initialement prévue pour 5 ans la structuration a été renouvelée en 2011 pour une nouvelle durée de 5 années. Les récentes modifications législatives relatives au statut des GIP ont conduit à une refonte de la convention en 2013.