En quelques mots

Chaque département possède une structure de gestion qui met en œuvre pour la population qui y réside, le dépistage organisé des cancers.

Il s'agit pour ces structures de décliner des programmes nationaux de dépistage, piloté l'Institut National du Cancer : INCa, le Ministère de la Santé et l'Assurance Maladie. Son action s'inscrit comme une mission de santé publique, répondant au cahier des charges du programme de dépistage organisé des cancers et comme une orientation du plan Cancer 2009-2013 (mesures 14 à 17).

En Seine Saint Denis depuis 2006, la structuration juridique est celle d’un Groupement d’intérêt public. Les membres statutaires du groupement sont d’une part des institutionnels avec  L’Agence Régionale de Santé, Les organismes de l’Assurance Maladie, le Département et le conseil Départemental de l'Ordre des médecins, et d’autre part des représentants des organisations des professionnels avec  les associations Union 93, MG 93 et Intercentres ; des représentants des usagers avec le comité départemental de la ligue contre le cancer et  l’association femmes solidaires et enfin des représentants des associations spécialisées de dépistage avec l'ARDEPASS  Le CdC93 est accompagné par un comité scientifique, un conseil de surveillance et un comité d’éthique.  Le financement est assuré par les 3 grands régimes d'assurance maladie, l'agence régionale de santé et le conseil général.

Le diagnostic précoce des cancers : un intérêt individuel et collectif

Le pronostic de la maladie est étroitement corrélé au stade de diagnostic et à la nécessité d’un diagnostic précoce. L’intérêt est individuel sur la survie et la qualité de vie, et collectif pour réduire le poids et les conséquences de cette maladie dans la société.

Pour que ce bénéfice apparaisse au niveau collectif, il est nécessaire que les procédures permettant le diagnostic précoce soient systématisées à l’ensemble de la population concernée et répétées régulièrement.